Sulli-van

Bon, je crois qu’il est temps de faire les présentations. Pour ceux qui suivent sur Instagram, vous avez déjà un peu vu toutes les étapes mais quand même, je ne pouvais pas faire un article ici, un peu brouillon, un peu fourre-tout, pour vous présenter le nouvel amour de ma vie, qui me donne sacrément du fil à retorde, mais que j’aime déjà de tout mon coeur. Il y a quelques mois, avril exactement, au fil de mes recherches journalière d’un T3 Volkswagen qui pourrait me combler, je tombe sur une annonce sur le Bon Coin, il répond à tous mes critères (prix : 4800€, diesel, toit pour pouvoir se tenir debout, pas de rouille perforante, peu de kilomètres…). Il est un peu loin, mais je sais pas, je le sens bien, puis j’en ai marre de me poser mille questions. Je prends un covoiturage et je pars direction un petit village de Gironde à quelques heures de route sans savoir comment je vais rentrer si je ne repars pas avec ce joli combi.

Après en avoir fait bien le tour, après avoir bien flippé (première fois de ma vie que je dépense autant d’argent d’un coup !), surtout que je n’y connais absolument rien en mécanique, je me lance et signe les papiers. J’ai du mal à réaliser mais ça y est, je suis officiellement propriétaire d’un Transporter Volkswagen, ce doux rêve qui occupait mon esprit depuis plus d’un an et qui se concrétise en une signature (bon trois je crois…). Quand je me suis mise au volant, j’ai eu une euphorie mélangée à une peur panique d’avoir fait une grosse connerie. Puis quelques mètres plus loin dans la rue, j’ai croisé une famille qui se promenait. vous auriez vu les yeux du petit garçon quand il m’a vu. C’était fou, il m’a fait le plus grand sourire qu’il pouvait accompagné d’un pouce en l’air. Je crois que cette scène sera pour toujours dans mon coeur, en un instant j’ai été apaisée et j’ai su que j’avais pris la bonne décision.

Bon après j’avais 4h de route pour rentrer à Toulouse et autant vous dire qu’à peu près toutes les 20 minutes je me disais “oh putain, oh putain qu’est-ce que t’as fait”. Mais il m’a ramené, à son rythme et sans souci.

Notre premier jour 🖤

Le soir j’ai reçu des messages de personnes qui en avaient aussi (merci la magie des réseaux sociaux), et notamment de Tof, à qui j’ai confié mes peurs d’avoir achetée toute seule un vieux machin de 1982 à rénover en n’y connaissant absolument rien ! Et ce soir là, il m’a dit ce qui allait s’avérer être le mantra de mes prochains mois “Avec un T3 on est jamais seuls”. Je lui ai rapidement présenté la bête, et il a rapidement eu à me sauver 😂 C’est avec lui que j’ai fait ma première vidange sous l’oeil attentif de Noona.

 

Puis le répit fût de courte durée avec une belle fuite de liquide de refroidissement venant du bloc chauffage. Mais là aussi, j’ai eu droit à un soutien de dingue, je suis allée acheter la pièce fautive sur un vieux T3 et on a passé une journée à réparer ça tous ensemble ! J’ai compris que maintenant que j’étais maman d’un vieux combi VW, ma philosophie de “chaque problème a une solution sinon ça n’en est pas un” allait être mainte fois vérifiée.

Bon et après cette broutille qui nous aura coûté un chouette dimanche tous ensemble à bricoler jusqu’à 1h du matin, il a fallu s’occuper de la peinture ! Même s’il n’y avait pas de corrosion perforante, l’intérieur méritait un coup de peinture et l’extérieur quelques retouches. Puis finalement j’ai craqué quand je l’ai vu tout désossée et je me suis embarquée dans touuute la peinture intérieure et extérieure (enfin “je”…).

 

Bon je vous passe les détails de cette étape difficile, le carrossier a pris énormément de retard, m’a énormément saoulé pour plein de raisons, bref, longue histoire ! Mais fin juin je l’ai enfin récupéré, tout beau et j’étais telleeeeeement heureuse 🖤 J’ai filé en centre ville rejoindre les copains pour leur montrer !

 

Le travail était loin d’être fini… L’aménagement intérieur allait commencer ! Et alors là, j’ai fait une rencontre qui a complètement changé cette aventure. Pascal, le patron de Symetry pour qui je fais des photos, a été tellement emballé par le projet qu’il a délaissé pour deux semaines les chantiers des bars et appartements les plus cool de Toulouse pour s’occuper de mon van avec Juan. Et comme lui et moi on est un peu pareil et que quand on a une idée en tête, on pourrait être capable de ne pas dormir jusqu’à en arriver à bout, on a passé des journées non stop dessus, un truc de fou comment c’est allé vite. Y aussi les copains qui sont passés aider, comme Yannick pour poser le panneau solaire sans lequel je ne pourrais pas bosser dedans !

 

Pendant que les garçons s’occupaient de ça, me suis occupée de l’isolation (multicouche sur le sol et coton recyclé dans les parois + pare-vapeur). Pour le panneau, je ne peux que vous conseiller de faire appel à Adrien de My shop solaire ! Je l’ai rencontré au Vanlifest et il m’a énormément aidé pour l’achat. Les bons conseils n’ont pas de prix !

 

Et tadaaaaaaa !

Tout n’est pas encore fini mais au bout d’une semaine et demi il était complètement habitable avec tous les rangements ok, un frigo, un point d’eau avec douchette. Bref, j’y ai passé du temps, j’y ai perdu des cheveux (au sens littéral) mais ça valait sacrément le coup !!! Je me suis pris la tête sur les plans pour qu’il soit parfait et je peux vous dire qu’après avoir passé une semaine et demi dedans, il l’est ❤️ (oui je suis amoureuse de mon van). Je suis tellement heureuse d’avoir bosser avec Pascal et Juan sur ce projet, je savais que je voulais un truc hyper propre et beaux mais jamais je n’aurais imaginé des finitions comme ça et en si peu de temps. Bon et je vous souffle un secret, Pascal se lance dans l’aménagement de vans au niveau pro. Donc si ça vous intéresse n’hésitez pas à le contacter directement !

(Oui parce que comme ça on dirait que je bosse jamais mais c’est juste que je suis la seule à prendre des photos sauf quand y a ma Charlotte dans les parages ❤️)

Avant de partir pour mes contrats dans le Pays basque avec, je voulais y passer une nuit histoire de tout tester. Charlotte m’a accompagné (quelques petits soucis mécaniques ont fait qu’on est finalement pas parties dans les Pyrénées mais au bord d’un lac à quelques kilomètres de Toulouse) et c’était parfait ! A l’heure où je vous parle, lui et moi on a déjà commencé à vivre plein d’aventures et vraiment, ça a été dur (on le voit d’ailleurs à ma tête sur cette photo prise après 15 jours non stop dessus, genre vraiment non stop, quand je le quittais le soir je passais des heures sur Internet à commander ce qu’il fallait pour les jours d’après…) mais qu’est-ce que ça en valait le coup. J’ai rarement été aussi heureuse que posée dedans au milieu des fougères des Landes. Mais tout ça il faudra que je vous la raconte plus en détails ! Cet article est un peu un fourre-tout parce que je n’ai pas eu une minute pour partager ici les débuts de l’aventure mais si ça vous intéresse je pourrais vous faire un petit point budget complet et un “van tour” pour vous présenter un peu mieux l’aménagement ☺️ 

Et je le répète et re-répète mais merci à toutes ces personnes généreuses et passionnées qui ont croisé ma route depuis le début de l’aventure et qui ont rendu tout ça possible ! Je flippais tellement en rentrant avec et il m’a donné une belle leçon de vie… On est jamais tout seuls et il y a toujours une solution à tout ❤️ Et cette planète contient un sacré paquet de personnes extraordinaires.

Derrière A way of travel, c'est moi ! Photographe à mon compte sur Toulouse (mais bien plus souvent les pieds dans le sable au Pays Basque !) sous le nom de Remember Happiness. Mes spécialités : les gens heureux et les entrepreneurs passionnés ! N'hésitez pas à faire un tour sur mon site pour en découvrir plus…

www.rememberhappiness-photographie.fr

Laissez votre commentaire