Coup de coeur pour Hiriketiya

Verse Collective

Nous voilà (enfin) dans le Sud du pays, ou plus exactement au paradis ! Arrivées de nuit à Dickwella, Thaïs et moi on se sépare pour la dernière nuit, comme elle n’était pas sûre de me suivre dans cet étape et qu’il était temps pour moi de me remettre au travail, j’avais réservé une chambre chez Verse Collective, auberge de jeunesse/coworking. L’endroit est à la hauteur des photos que j’avais pu voir et la connexion Internet, pour la première fois du voyage, excellente ! Le trajet depuis Arugam Bay était interminable, la douche est salvatrice. Après un petit repas en bord de route à Dickwella (c’est une petite ville encore bien préservée du tourisme, tout se concentre autour de la plage d’Hiriketiya à quelques centaines de mètres), direction nos lits respectifs !

Je m’endors et me réveille avec le bruit des vagues, Verse Collective est juste à côté de Dickella Beach, Quand j’ouvre les yeux, j’ai une vue sur un beau ciel bleu et les palmiers. Les chambres sont individuelles, toutes petites mais très bien pensées (je ne sais pas s’il y en a pour les couples) et ouvertes sur l’extérieur. Après avoir découvert le lieu de jour et travailler un peu, je file voir la fameuse Hiriketiya beach…

Hirikeiya Beach

Sur le chemin, on croise des paons sauvages, des singes, des écureuils, c’est le paradis des animaux aussi. Malheureusement sûrement pas pour longtemps, encore secrète il y a quelques années, la plage attire maintenant tout un tas d’investisseurs et les parcelles de jungle alentours sont quasiment toutes à vendre ou en construction. La plage est une petite baie toute mignonne, eau turquoise et mini-vagues. Il y a des loueurs de planches tout le long et des petits cafés/resto, il paraît qu’il y a encore 5 ans c’était désert, j’ai peur de l’avenir de ce petit bout de paradis, je dois bien l’avouer…

Entre temps Thaïs m’a rejoint, c’est notre dernière journée ensemble, Myanmar l’attend pour d’autres aventures. Tout au bout de la plage, il y a une petite cabane où on peut commander des rottis (sorte de crêpes/pain sur laquelle on peut mettre des oeufs, du fromage ou même du chocolat…). Ça deviendra ma cantine du midi pour le reste du séjour ! Je passe le reste de la journée à alterner entre plage et ordinateur chez Verse… L’endroit a tellement le goût de paradis, que pour la première fois, je décide de me poser un peu et prendre le temps. J’y resterai 4 jours en tout, à profiter d’un rythme de vie plutôt idyllique !

Dickwella Beach

Un coucher de soleil de MALADE plus tard, et une nuit à écouter les vagues (en vrai à dormir), je commence la journée par un cours de yoga chez Salt, juste à côté de la plage et j’enchaîne avec un peu de surf, des rottis, du travail (avec le chat trop chou de Verse qui se balade entre les ordinateurs) et je renouvelle ça les jours qui suivent… Dans ma routine, j’ajoute un petit dej’ et un diner à emporter chez la plus mignonne des mamies (jeune mamie mais je l’appelle comme ça parce qu’elle est aussi gentille que la mamie qu’on rêve tous d’avoir, ou qu’on a !).

INFOS PRATIQUES

📍 HIRIKETIYA

🚌 Bus Arugam-Dickwella : 415LRK

🏄🏻‍♀️ Hiriketiya beach
🌴 Dickwella beach (meilleur spot pour le sunset)
💻 Verse Collective

De manière générale :
🏠 Hébergement : 1200-2000LKR / nuit
🛵 Tuk-tuk : ±60LKR / km
🍲 Repas : 200-400LKR
Un article “guide pratique” est en préparation 😉

Et petit saut dans le temps ! Je fais du teasing sur la dernière partie du voyage mais je préfère que les articles soient par “spot” que chronologiques histoire que ce soit plus simple de vous y retrouver si vous préparez ce voyage aussi ☺️. Pour les derniers jours sur l’île, j’ai retrouvé Bastien et comme il n’avait jamais vu Hiri, on y est repartis pour une journée. Et cette journée mérite d’être racontée.

La première fois où je suis venue, j’allais tous les jours chez le même loueur de planches (râler comme quoi y avait pas de vague pendant des heures et finalement lui en prendre une haha). Du coup, je me suis fait pote avec lui et j’y passais mes journées quand je n’étais pas devant mon ordinateur ou à la petite cabane à rotti. Quand on y retourne, je dis donc à Bastien qu’on ira louer des planches là-bas ! On arrive devant et là mon nouveau copain sri-lankais qui s’écrit “Bastieeeeeeen my friend” et Bastien de répondre “Kasuuun !”. Croyez-le ou pas, ces deux-là s’étaient rencontrés 2 ans avant à l’autre bout de l’île lors du premier séjour de Bastien au Sri Lanka.

C’est là que l’expression “le monde est petit” prend vraiment TOUT SONS SENS.

Kasun m’avait même écrit sur Facebook il y a plus d’un an, et sans le savoir je passe 4 jours avec lui à chiller sur la plage, improbable. Oui d’ailleurs il est adorable et je vous conseille mille fois d’aller lui louer des planches mais surtout pas de lui filer votre numéro ou FB, c’est un relou du téléphone haha.

Ce jour-là les vagues n’étaient vraiment pas folle mais je n’ai pas regretté d’être allée à l’eau… J’ai pu…

SURFER.
AVEC.
UNE.
TORTUE !!!!!!!!!

J’étais comme une folle quand je l’ai vu sortir sa petite tête de l’eau et passer tranquillou sous ma planche. Paraît qu’il y en a deux petites qui vivent dans la baie et qu’on peut les voir le matin en allant nager un peu.

Et si je dois vous conseiller un autre petit coin sympa sur la plage, même si je ne suis pas sûre que ça existera encore dans un an quand les énormes hôtels auront envahi le coin… Le petit spot à jus tenu par un couple trop mignon, qui mixe à la main et qui a juste installé une petite table devant leur présentoir à fruits ☺️.

Derrière A way of travel, c'est moi ! Photographe à mon compte sur Toulouse (mais bien plus souvent les pieds dans le sable au Pays Basque !) sous le nom de Remember Happiness. Mes spécialités : les gens heureux et les entrepreneurs passionnés ! N'hésitez pas à faire un tour sur mon site pour en découvrir plus…

www.rememberhappiness-photographie.fr

4 Commentaires

  1. Reply
    Aurélia - Tripinthecity

    Magnifique ! L’endroit semble paradisiaque, pourvu que ça dure …
    Et j’ai pu goûter les rottis à l’île Maurice, un délice !

Laissez votre commentaire