Sigiriya : ascension de Pidurangala Rock

C’est parti pour une série d’articles sur le Sri Lanka ! Si vous m’avez suivi sur Instagram pendant ces 3 semaines, vous avez eu un petit aperçu de la beauté de ce pays ! J’avoue avoir choisi la destination par facilité, j’avais pas mal de boulot en cette fin de saison mais un terrible besoin de soleil… Le Sri Lanka était la destination parfaite pour alterner surf et ordinateur. Sauf que bien sûr, je me connais et je savais qu’il allait m’être difficile de rester en place une fois là-bas. J’ai tout donné avant de partir pour finir le max de choses et n’avoir que quelques shootings à traiter sur place.

Ça m’a permis de faire un début de séjour en mode roadtrip et découvrir le centre du pays, puis finir de façon plus sérieuse (si on peut dire…) au Sud entre surf et Lightroom, comme prévu à la base. Commençons donc avec le commencement et… L’aéroport ! Non rassurez-vous, je vais vite sauter cette étape, juste pour vous dire que si vous arrivez tard, le mieux est de prendre une chambre à Negombo, le petit village à 15 minutes de là (Colombo la capitale est à 1h). Et je ne peux que vous recommander Daffon Villa pour cette nuit, j’ai été hébergé par une famille adorable, avec un papi chou qui était super dispo pour m’indiquer les jolis coins, m’aider à prendre mon premier bus, me conseiller les petits restos locaux, etc. C’était un bonheur de commencer le séjour avec des personnes aussi bienveillantes.

Negombo n’ayant pas grand chose à offrir (à mon sens… J’ai juste fait un stop au marché aux poissons), on va passer direct à la première étape du trip : Sigirya. Seul stop du triangle culturel que j’ai choisi de faire, je n’étais pas dans un modo “temples” mais plus rando et beaux paysages. J’y suis donc partie de bon matin directement de la gare routière de Negombo avec un petit changement à Dambulla (j’ai fait tous les déplacements en bus, j’ai adoré, c’est convivial, drôle, et vraiment économique).

Mon voyage solo prend alors une toute autre tournure en arrivant dans ce petit village : sur le groupe du blog Tongs et Sri Lanka (où vous trouverez tout plein d’infos), j’avais posté que je faisais le voyage seule et que ça me ferait plaisir de croiser quelques personnes sur ma route. Il se trouve que Thaïs était seule également et venait d’arriver à Sigirya ! On a décidé de partager un jus de fruit et on ne s’est plus quitté jusqu’à ce qu’elle parte le pays ! Il y a peu de personnes avec qui j’aime voyager mais le destin m’a envoyé la parfaite compagnon de route, toujours motivée à se lever avant le soleil, à marcher (vite) et aussi FOMO que moi ! Bref, c’était la bonne personne au bon moment (et j’arrêterai là le paragraphe cul-cul).

On s’est donc retrouvé à Cela Bojun Hala, le long de la route principale (j’en ai vu dans plusieurs villes, il semblerai que ce soit des petites coopératives de femmes qui proposent à boire et à manger, je vous le conseille !).

A Sigirya, “l’attraction” principale est le Lion Rock, cet énorme rocher qui semble tout droit sortir de la jungle. Il a également un petit frère, Pidurangala Rock. Pour gravir le premier, il vous faudra débourser une trentaine d’euros, soit aux alentours de 6000 roupies contre 500 roupies pour le second. Je ne comptais rester qu’un jour tout comme Thaïs, il fallait donc faire un choix (oui parce que photographe oblige, je veux absolument le lever du soleil 🤷🏻‍♀️). On se met d’accord pour faire Pidurangala duquel on aura (on espère) une super vue sur le Lion Rock, et notre porte-monnaie nous en remerciera.

Pour finir l’après-midi doucement, j’ai loué un vélo dans une guest house au hasard (Thaïs avait déjà le sien) et on est parties explorer les lacs aux environs. C’est hyper apaisant, ça permet de faire connaissance avec le pays tout doucement, avec les vaches, les singes, les paons…

Le lendemain, levées 5h ! On s’est rejoint au pieds de Pidurangala rock et on a commencé la (petite) ascension. C’est vraiment rapide et mis à part à la fin où il faut escalader (tout proportion gardées) quelques rochers, très facile. Le jour se lève à peine quand on arrive au sommet et c’es déjà fou. Tout autour de nous il y la jungle, complètement embrumée, dont on entend tous les bruits et en face, Lion Rock qui semble sortir de nulle part. C’est juste magique. On restera là 2h à s’émerveiller, à prendre en photos chaque changement de brume, chaque angle… C’est vraiment un de mes meilleurs souvenirs de tout le voyage…

“Heureusement” à 8h, la brume s’est épaissie et on y voyait quasiment plus rien. L’occasion de redescendre, sinon je pense que j’y serai encore et à court de cartes SD. On partage un dernier bout de chemin avec Thaïs avant de se quitter, on se retrouvera pour la suite du voyage à Kandy, mais avant ça elle doit partir explorer Dambulla et moi Trincomalee…

INFOS PRATIQUES

📍 NEGOMBO :
🛶 Dutch Canal
🐟 Marché au poissons
🌴 Plage (au coucher du soleil)

🚌 Bus Negombo-Sigirya : 240LRK

📍 SIGIRIYA :
⛰ Lion Rock : 6000 LKR
⛰ Padurangala Rock : 500LKR
🚴🏻‍♀️ Louer un vélo et explorer les environs : 500LKR la journée

De manière générale :
🏠 Hébergement : 1200-2000LKR / nuit
🛵 Tuk-tuk : ±60LKR / km
🍲 Repas : 200-400LKR
Un article “guide pratique” est en préparation 😉

Emilie

Photographe mariage et lifestyle basée à Toulouse, Emilie aime les gens un peu fous et plein d’amour, mais surtout, elle aime capturer tous ces petits moments de bonheur qui rendent la vie plus jolie ! De par son métier, elle pose souvent ses bagages aux quatre coins du monde et partage ses carnets de voyages par ici, entre DIY, expérimentations photographiques et bonnes adresses toulousaines ;)

6 Commentaires

  1. Reply
    Aurélia - Tripinthecity

    Magnifique ! Tes photos du Lion Rock au lever du soleil sont sublimes, ce doit en effet être une expérience magique (bien que matinale, mais on n’a rien sans rien :))

Laissez votre commentaire